mercredi 20 février 2019

Les quatre points cardinaux de Raban Maur


Je suis allée récemment à la BnF (Bibliothèque Nationale de France) pour y voir l'exposition Make it new
(http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/expositions/f.carte_blanche_jan_dibbets.html), qui met en parallèle des productions d'art contemporain avec un curieux et célèbre manuscrit (et ses quelques copies contemporaines, dont les scribes et enlumineurs ont reproduit les pages presque à l'identique). Il s'agit d'un manuscrit du IXe siècle produit en Allemagne, et - fait assez rare pour l'époque - on connaît son commanditaire, Raban Maur, moine puis abbé de l'abbaye de Fulda ; encore plus étonnant : ce commanditaire est également l'auteur du texte de ce manuscrit, un recueil de poèmes intitulé « Louanges à la sainte croix » ; et ce n'est pas fini : il est aussi le concepteur des enluminures qui illustrent le texte. Or ces enluminures… sont elles-mêmes le texte !
Raban Maur a choisi de présenter sur chaque page le texte de son poème sans espace entre les mots ni retour à la ligne, mais en écartant légèrement les lettres entre elles, si bien qu'on a l'impression d'être face à une grille de mots mêlés, mais si on lit de la première à la dernière ligne, on a bien un texte. Mais ce n'est pas tout. Sur chacune des pages, une partie du texte est entourée et colorée de façon à former un motif en bandelettes de lettres représentant une croix, des cercles, des carrés, des lettres géantes, voire – sur la première page – le portrait de Raban Maur lui-même (de profil, s'agenouillant), nous entraînant dans une fascinante mise en abîme. Or, les lettres contenues dans ce motif forment elles-mêmes de nouveaux textes : court poème, phrase, suite de mots… ; on a même un double palindrome (qui se lit à la fois à l'horizontale et à la verticale, à chaque fois dans les deux sens) dans un motif qui est en forme de croix !
En sortant de l'exposition, j'ai fait l'acquisition à la librairie d'un ouvrage de Michel Jean-Louis Perrin, L'iconographie de la Gloire à la sainte croix de Raban Maur (Brepols, 2009), qui analyse très clairement toutes les pages du manuscrit, donne les transcriptions des textes latins contenus dans les motifs, ainsi que leur traduction française, et fournit à la fin un « guide des figures » pour chaque page du manuscrit, permettant de visualiser commodément la grille de lettres de chaque page et le ou les motifs formés en entourant plusieurs de ces lettres.
C'est de cet ouvrage que je tire la transcription et la traduction des textes contenus dans les quatre cercles de cette page, une de mes préférées.

Vatican, Reg. Lat. 124, fol.14v (IXe s.)

Les textes de ces quatre cercles énumèrent les quatre saisons, les quatre points cardinaux, les quatre éléments et les quatre parties de la journée. Et, ce que je trouve fort et bouleversant, chacune de ces phrases se réfère précisément (par des mots comme « ce côté », « ici ») à l'emplacement même de la phrase dans la page ; c'est ce qu'on appelle, quand on est professeur de français, un « énoncé ancré dans la situation d'énonciation » ! La situation d'énonciation étant ici un moine du IXe siècle qui désigne les quatre parties d'une page sur laquelle il écrit, à destination de tous les lecteurs potentiels du livre, y compris ceux du XXIe siècle !
- cercle du haut : VER, ORIENS, IGNIS, AVRORA, HAC PARTE RELVCENT. Le printemps, l'orient, le feu, brillent de ce côté. (Remarquez bien qu'au Moyen Âge, ce n'est pas forcément le nord qui est situé « en haut », ici c'est l'orient)
- cercle de gauche : ARCTON, HIEMS, LYMPHA, MEDIA NOX ECCE LOCATAE. L'Ourse (constellation indiquant le nord), l'hiver, l'eau, le milieu de la nuit prennent place ici.
- cercle du bas : AVTOMNVS, ZEPHIRVS, TELLVS ET VESPERA HIC FIT. L'automne, le zéphyr (vent d'ouest), la terre et le soir sont ici.
- cercle de droite : AER, AESTAS, AUSTER, ARCI HIC SIT MERIDIESQVE. L'air, l'été ; l'auster (vent du sud), ainsi que le midi sont ici dans la citadelle.
Je ne sais ce qu'est cette citadelle. Ce pourrait être le cercle de droite lui-même, représentant le plan d'une citadelle circulaire. Ou encore le livre lui-même, citadelle spirituelle dont les soldats sont des lettres et dont les légions sont des poèmes et des jeux de mots à la gloire de la Création…


*

Pour suivre ce blog sur facebook, être au courant des nouveaux articles et en découvrir d'anciens, c'est ici : https://www.facebook.com/Chemins-antiques-et-sentiers-fleuris-477973405944672/


Les nouveaux articles sont aussi partagés sur twitter : https://twitter.com/CheminsAntiques




Aucun commentaire:

Publier un commentaire