lundi 31 août 2009

Ils sont fous, ces Chaldéens

Vous vous souvenez que j'avais énuméré sur ce blog, il y a juste un an les différents sens de l'adjectif « chaldéen » (cf. « Qui sont les Chaldéens? » : http://cheminsantiques.blogspot.com/2008/05/qui-sont-les-chaldens.html ). J'en avais recensé sept. Il semble qu'il faille encore en ajouter un, même si le terme exact dont je veux vous parler aujourd'hui n'est pas « chaldéen », mais « chaldaïque ». Ce dernier sens serait un sens linguistique.


En effet, dans un dictionnaire des prénoms feuilleté récemment (L'âme des prénoms, de Jacques et Chantal Baryosher, 1997), j'ai été frappée de voir souvent la mention de l'origine ou de la racine « chaldaïque » d'un prénom.


En cherchant un peu, j'ai trouvé que les savants de la Renaissance au début du XIXe s. évoquaient en effet parfois une langue « chaldaïque » ou « chaldéenne ». Renseignements pris, il semble qu'ils désignaient ainsi l'araméen. Évidemment, à partir du XIXe s., avec les découvertes archéologiques et le déchiffrement de l'écriture cunéiforme et des différentes langues notées par cette écriture, les noms des langues ont complètement changé et on ne parle plus de « chaldéen » en Mésopotamie, mais de sumérien et d'akkadien.


Mais les auteurs du livre cité plus haut considèrent apparemment le chaldaïque comme une grande famille de langues ; or, je ne l'ai jamais vu figurer sur les tableaux habituels montrant les grandes familles de langues et leurs ramifications. En fait, je crois qu'ils appellent « chaldaïque » ce que les linguistes appellent habituellement « sémitique », c'est-à-dire une grande famille dont sont issus notamment l'arabe, l'hébreu, mais aussi des langues qui ne sont plus parlées aujourd'hui, comme l'araméen dont il était question tout à l'heure ou encore l'akkadien, la langue principale de la Mésopotamie (le sumérien, plus ancien, n'est pas une langue sémitique), qu'on appelle aussi parfois « assyro-babylonien », mais jamais « chaldéen » ni « chaldaïque ».


Là où les auteurs de ce dictionnaire m'épatent vraiment, c'est qu'ils parlent également de racines « celto-chaldaïques ». Or, vu que le chaldaïque, soit désigne la famille des langues sémitiques, soit est une langue sémitique particulière, et que le celte appartient à la famille des langues indo-européennes, je ne vois vraiment pas par quel tour de force un mot ou sa racine pourrait être « celto-chaldaïque »!



Reprise du blog

Chers lecteurs,

Après une interruption de 3 mois, je reviens partager avec vous mes itinéraires préférés à travers chemins antiques et sentiers fleuris.

L'article daté d'aujourd'hui était déjà écrit et prêt à être publié quand, fin mai, un événement inattendu m'a interrompue dans mes cheminements.