jeudi 13 décembre 2012

Pegasus Draco

Vous vous souvenez du vieux dictionnaire de mon grand-père, de B. Dupiney de Vorepierre (1873)? J'y avais découvert ce superbe article sur le collimateur :
http://cheminsantiques.blogspot.fr/2011/11/le-collimateur-alors-que-je-feuilletais.html

Je ne m'y plonge pas souvent, mais quand je le fais, j'ai du mal à en émerger, tant je suis captivée par la beauté et l'aspect surprenant des gravures, tant celles illustrant d'étranges machines aujourd'hui disparues (je suis tombée ce matin sur un tourniquet à faire les garrots!) que celles d'histoire naturelle : c'est l'une de celles-ci qui m'a retenue et dont je voudrais vous parler.

Il s'agit d'une gravure représentant un animal extraordinaire, effrayant et magnifique à la fois, sorte d'iguane aux ailes de chauve-souris (il s'avère en fait que c'est un poisson), et dont le nom m'a tout autant stupéfiée que l'apparence : « Pegasus draco »! Le Pégase dragon! La réunion de deux des animaux légendaires les plus fascinants! Voilà un nom qui sonne (et qui sonne bien mieux en latin qu'en français, d'ailleurs, mais cela, c'est habituel)!

Je décide aussitôt de scanner cette gravure pour vous, mais auparavant, d'aller faire un petit tour sur internet, histoire de voir à quoi ressemble la bestiole en photographie couleur.

A ma grande surprise, en tapant « pegasus draco » dans « Google image », je trouve très peu de photographies, mais un certain nombre de gravures, pas celle du « Dupiney », mais visiblement contemporaines à quelques décennies près. J'en trouve même une tellement belle que je décide d'épargner à mon « Dupiney » l'épreuve un peu rude du scanner et de vous copier plutôt celle-là. Il provient d'un dictionnaire allemand, le Meyers Großes Konversations-Lexikon, Band 13 (publié à Leipzig en 1905 ou 1908), p. 533.






Références précises ici :
http://www.zeno.org/Meyers-1905/A/Meerdrache
et page originale ici :
http://www.zeno.org/Meyers-1905/K/meyers-1905-013-0533



Une recherche un peu plus poussée m'a fait comprendre que le nom scientifique officiel retenu n'était plus « Pegasus draco » (d'où la prédominance des gravures sur les photos modernes en tapant ce nom), mais « Eurypegasus draconis » (« Large pégase du dragon »). Si vous voulez tout savoir sur la bestiole, allez à cette page :
http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=405

J'ai pu constater alors que les photos sont très décevantes. Pegasus Draco (je continue entre nous à l'appeler ainsi), loin de bondir ou de jaillir dans l'élément marin comme l'auraient fait ses deux parrains, passe son temps vautré dans le sable, dont il adopte la couleur par mimétisme : tout cela fait de vilaines photos. Quelques photographes ont sauvé la mise en le photographiant de nuit avec un gros flash, mais finalement, rien n'est aussi spectaculaire que les bonnes vieilles gravures du XIXe ou du début du XXe siècles ; aussi, je vais retourner rêver dans les pages au doux parfum de papier ranci de mon vieux dictionnaire.