mercredi 11 juillet 2012

La poésie latine sur YouTube


Maintenant que je suis dotée dans ma salle d'un ordinateur et d'une paire d'enceintes (pas encore d'un vidéo-projecteur, et ne parlons pas d'un Tableau Numérique Interactif, mais c'est déjà un progrès!), je peux l'utiliser pour montrer à mes élèves comment on scande vraiment la poésie latine ; je ne sais moi-même le faire qu'assez laborieusement ; or on trouve sur YouTube des exemples de « scandeurs » assez doués, par exemple ici :
« The Rhythms of Latin Poetry: Hexameter »

Or, de fil en aiguille, comme il arrive souvent quand on explore au hasard les sentiers (pas toujours très fleuris, mais parfois si) de YouTube, je suis tombée sur toutes sortes d'interprétations modernes des poèmes les plus célèbres de la littérature latine. Je ne vous embarrasserai pas d'une kyrielle de liens, surtout que chacun selon sa sensibilité peut avoir ses préférences. Pour ceux d'entre vous qui sont professeurs et que de telles expériences intéresseraient, tapez par curiosité dans YouTube, « Tityre tu patulae », « Tu ne quaesieris » (ou « Ad Leuconoen »), « Vivamus mea Lesbia », « Odi et amo », ou tout autre hit-parade de la poésie latine qui vous viendrait à l'esprit et savourez les résultats.

Je vous en ferai juste partager deux que j'ai trouvés particulièrement originaux :

« Poesía latina: Virgilio, Buc. 1 (Tytire, tu patulae) » (Montaje de Francisco Manzanero: El poeta Virgilio recita unos versos de las Bucólicas. )
Le concepteur de cette vidéo, Francisco Manzanero, a confectionné une animation en 3D à partir d'un buste de Virgile qui s'anime, bouge les lèvres et les paupières, et semble ainsi nous dire lui-même son poème le plus célèbre. J'ai trouvé cela drôle, mais les élèves n'ont pas trop aimé ; la statue vivante leur a plutôt fait peur, ils regardent sans doute trop de films d'horreur!

« Odi et amo » (Music and Video by Lee-Sean Huang based on a poem by Catullus, Featuring vocals by JC Cassis )
C'est très spécial : le très célèbre et très court poème de Catulle, « Odi et amo. Quare id faciam, fortasse requiris. Nescio, sed fieri sentio et excrucior. » (« Je hais et j'aime. Comment c'est possible, tu me le demanderas peut-être. Je ne sais, mais je le sens et j'en suis crucifié.) a été ici mis à une sauce de graphisme vidéo moderne d'inspiration manga (l'auteur est apparemment japonais, bien que son nom me semble plutôt coréen). En résumé, je dirais que ça fait mal aux yeux et mal aux oreilles. Je m'attendais à un tollé de protestation de la part de mes élèves. Or, surprise, cette vidéo a provoqué chez eux un engouement sans précédent! Ils ont aussitôt voulu le revoir une deuxième fois, malgré sa relative longueur ; à peine rentrés chez eux ils se sont jetés sur internet pour le revoir encore, et le lendemain ils savaient tous le poème par cœur avant même que je ne leur demande de le faire!