jeudi 25 février 2010

Va te marrer chez les Grecs

C'est le titre réjouissant d'un petit livre qui ne l'est pas moins. Publié en 2008 dans la petite et agréable collection « Mille et une nuits », il s'agit de la traduction d'un recueil de blagues grecques anciennes (titre original : Philologos).

Comme dans nos blagues d'aujourd'hui, il y en a de très drôles, de décevantes, et d'assez vulgaires. Sans plus de commentaires et juste pour le plaisir, je vous livre mes préférées :

Pour information, ce que le traducteur Arnaud Zucker traduit par « intellectuel », c'est le mot grec « scholasticos »


  • C'est un intellectuel qui rencontre un de ses amis et lui dit : « J'ai entendu dire que tu étais mort. » L'autre lui répond : « Mais tu vois bien que je suis vivant! - Franchement, réplique le premier, celui qui me l'a dit était beaucoup plus fiable que toi. » (22)

  • Un intellectuel, une nuit, monte sur sa grand-mère. Cela lui vaut d'être rossé par son père. « Mais enfin, s'écrie-t-il, ça fait très longtemps que, toi, tu couches avec ma mère, et je ne t'ai jamais rien fait. Et tu te fâches comme ça la première fois que tu me trouves sur la tienne! » (45)

  • C'est un intellectuel qui est à Athènes et qui écrit une lettre à son père. Tout fier de l'éducation qu'il y a désormais acquise, il met en post-scriptum : « J'espère te trouver, à mon retour, sous le coup d'une accusation passible de la peine de mort, pour te montrer comme je sais bien plaider... » (54)

  • C'est un intellectuel qui, apprenant qu'un certain escalier comporte vingt marches à la montée, demande s'il y en a autant à la descente. (93)

  • C'est un instituteur incompétent à qui l'on demande : « Comment appelait-on la mère de Priam? - Nous, en tout cas, répond l'instituteur qui n'en sait rien, par respect on dit « Madame » » (197)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire