mardi 22 avril 2008

L'exposition Babylone

J'ai encore les yeux qui brillent des cinq heures passées hier dans l'exposition "Babylone" présentée au Musée du Louvre.

Petit catalogue personnel de choses curieuses que vous pourrez y découvrir:
  • des représentations de ziggourats (c'est-à-dire des tours semblables à celle de Babylone, que nous appelons Tour de Babel) contemporaines, sur des tablettes d'argile
  • la description de la ziggourat de Babylone dans des textes contemporains babyloniens à portée politique (discours de Nabuchodonosor pour célébrer la restauration qu'il en a faite) ou mathématico-religieuse (tablette de l'Esagil), par un Grec (Hérodote), et enfin dans la version fantasmée de la Bible
  • des maquettes de foies de mouton divinatoires, mais aussi, plus rares, d'intestins divinatoires
  • de nombreux symboles qui ont donné nos signes du zodiaque (scorpion, taureau, lion, centaure tirant à l'arc (sagittaire), poisson-chèvre (capricorne)), et même ceux auxquels nous avons échappé comme un homme-scorpion
  • les premiers horoscopes du monde
  • un texte d'écolier (sur la topographie de Babylone) bilingue (alphabet grec et écriture cunéiforme)
  • un mystérieux "jeu" en cristal de roche, en forme de petite stèle, avec plein de petits trous
  • un texte araméen sur un papyrus original du IVe s. ap. JC racontant l'histoire de "Sarbanapal", qui pourrait bien être la trace du chaînon manquant entre l'historique Assurbanipal et le Sardanapale des légendes grecques
  • des exemplaires du Talmud de Babylone
  • une inscription latine sur un chapiteau de Moissac faisant allusion à l'épisode biblique de Nabuchodonosor, où le graveur, calligraphe facétieux, s'est amusé à mêler les lettres de façon très inattendue
  • un ouvrage médiéval russe rapportant une légende selon laquelle le premier souverain chrétien russe aurait reçu en cadeau (d'un roi grec) la couronne et d'autres trésors de Nabuchodonosor, en provenance directe de Babylone (et il y a en plus une histoire de dragon...)
  • des ouvrages médiévaux français, arabes, persans, turcs, parlant de "Babilone", de Sémiramis ou de Nabuchodonosor ("Bukht al Nasr", "Le bonheur de la victoire")
  • un texte du jésuite Athanasius Kircher (1679) expliquant scientifiquement pourquoi la tour de Babel ne pouvait pas atteindre le ciel, avec à l'appui une gravure sidérante représentant la tour plantée telle une dent de narval sur la sphère terrestre (qu'elle aurait, nous dit Kircher, déséquilibrée par son poids!)
  • un dessin à influence maçonnique d'Etienne-Louis Boullée (vers 1790) représentant une frise spiralée de silhouettes humaines se tenant par la main, le long d'un cône parfait dont on ne voit pas le sommet, tour de Babel idéale
  • un magnifique tableau de William Blake (1795) représentant l'épisode biblique dans lequel Nabuchodonosor se transforme en bête
  • le témoignage du premier "archéologue", Pietro della Valle qui, en voyage sur le site historique de Babylone en 1616 en a rapporté en Italie "quelques morceaux de ces briques crues et cuites, aussi bien que du bitume, et de ces roseaux qu'ils mettent entre deux"
  • et la conclusion de l'exposition, les derniers mots d'une pièce de théâtre intitulée "Babylone" d'un certain Sâr ou Joseph Péladan: "Par la vertu du temps, l'oeuvre des Kaldéens vivra et la pensée de Babilou toujours planera sur le monde"

Pour compléter mes coups de coeur personnels par une vision plus académique de l'exposition, allez voir le site très bien fait et très riche qui lui est consacré:
http://mini-site.louvre.fr/babylone/FR/index.html

Et n'oubliez pas: l'exposition se termine le 2 juin. Alors, ce serait vraiment dommage de la rater!

Bonne visite!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire