vendredi 20 avril 2007

Il était une fois trois rois mages guidés par une étoile

Vous les avez aimés, mes « prêtres-astronomes-astrologues » babyloniens (cf. "Il était une fois sept dieux qui se promenaient dans le ciel", le 26 février) ? Sachez que nous leur devons encore beaucoup d’autres choses : les trois rois mages, ce sont eux !

Rappel : nous lisons dans le Nouveau Testament (notamment Matthieu, II, 1 à 12) que des mages d’orient (dans d’autres versions « trois rois mages »), avertis par une étoile de la naissance du roi des Juifs (Jésus) vinrent lui rendre hommage.

1) Pourquoi des mages ?
Les Grecs parlaient de « mages chaldéens », faisant une confusion entre deux types de personnes bien distincts.

Les Mages sont une caste de prêtres appartenant à la religion de la Perse antique : le Mazdéisme. Les Grecs les connaissaient et Hérodote (VIe s. av. JC) en parle.
Quelques années plus tôt, les Perses avaient conquis la Mésopotamie : beaucoup de Mages se sont alors installés dans ce pays et ont pu discuter et échanger des points de vue avec les Chaldéens, d’où la confusion.

Les Chaldéens sont d’abord les habitants de la Chaldée, région du sud de la Mésopotamie, dont fait partie Babylone. Puis, ce terme désigne les « prêtres-astronomes-astrologues » babyloniens.

2) Pourquoi une étoile ?
Vous le savez maintenant, les Chaldéens étaient réputés dans tout le monde antique pour leur science des étoiles et de leur interprétation. Une étoile annonçant la naissance d’un roi était un cas de figure typique de l’ « astronomie-astrologie » chaldéenne.

3) Pourquoi trois ?
Outre le côté magique du chiffre trois dans la plupart des civilisations, il se pourrait que ce chiffre symbolise les trois cités de Chaldée qui avaient les plus grandes écoles d’ « astronomie-astrologie » : Babylone, Borsippa et Ourouk. Il se peut aussi que ce soit la symbolique chrétienne de la Trinité.

4) Pourquoi des rois, apportant de l’or, de l’encens et de la myrrhe ?
Il semble que des passages prophétiques de l’Ancien Testament aient été réinterprétés après coup, notamment « Les rois de Tarsis et des îles paieront des tributs, les rois de Séba et de Saba offriront des présents » (Psaume 72, 10) ou « Ils viendront tous de Séba ; ils porteront de l’or et de l’encens » (Isaïe, 60, 6)

5) Pourquoi Gaspard, Melchior et Balthazar ?
Ces noms apparurent pour la première fois dans un évangile apocryphe du VIe s. ap. JC. Quand à la légende sur leurs âges (jeunesse, maturité, vieillesse) et sur leurs origines (Afrique, Asie, Europe), elle s’est construite petit à petit au cours du Moyen Age.

Bibliographie
Paul Perdrizet, « Légendes babyloniennes dans Les Métamorphoses d’Ovide » (in Revue de l’Histoire des Religions, n°150, 1932, pp.193-228), pp.214-215

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire