samedi 24 juin 2017

Le dragon de Marguerite : aboutissement


Chers lecteurs,

J'ai définitivement terminé mon Mémoire d'histoire médiévale sur "Le dragon de sainte Marguerite dans les textes et l'iconographie des manuscrits occidentaux, du VIIIe au début du XVIe siècle", et je l'ai soutenu cette semaine avec succès.

Les plus fidèles d'entre vous ont déjà eu quelques aperçus de cette étude à travers plusieurs articles que j'ai écrits ici sur ce sujet ; cf. le libellé "sainte Marguerite" : http://cheminsantiques.blogspot.fr/search/label/sainte%20Marguerite

Pour en avoir une vision plus globale, je vous livre aujourd'hui une sorte de "bande annonce" : il s'agit de l'introduction de mon Mémoire légèrement modifiée. Si cela vous met en appétit et vous donne envie de lire l’œuvre entière (un peu roborative, il est vrai : 160 pages de texte + 140 pages d'annexes), contactez-moi par mail.
 

Cher lecteur, vous ouvrez un volume consacré à sainte Marguerite et contenant de nombreux extraits de récits de sa vie. Félicitations ! Désormais, vous êtes intégralement protégé contre tout péril sur terre comme sur mer, contre le feu, la noyade, toute blessure ou mort violente par couteau, lance ou épée, contre la maladie, la fièvre, l'ergotisme, la peste, la lèpre, le tétanos, l'hydropisie, la paralysie, l'indigestion, la constipation, toute douleur à l'estomac, au ventre, à la tête, ou à la chair des pieds et des mains, contre toutes les affections liées à la grossesse, à l'enfance ou à la vieillesse, contre la douleur, la peur et la mort provoquées par l'enfantement, contre la naissance d'enfants boiteux, aveugles, sourds, muets ou contrefaits dans votre maison, contre toute forme de possession démoniaque et contre les conséquences de vos péchés !
C'est du moins ce qu'affirmaient les hommes et les femmes du Moyen Âge ; et sainte Marguerite était la seule à avoir un tel pouvoir. Le succès de cette sainte ne se dément pas tout au long du Moyen Âge, présente dans des milliers de textes et de représentations iconographiques : elle n'y est jamais représentée sans son incontournable attribut qui permet de l'identifier. Et quel attribut ! Il ne s'agit pas d'un banal objet, mais de rien de moins qu'un dragon. Un dragon dont elle émerge après avoir été engloutie par lui. Même pour nos esprits rationnels et blasés du XXIe siècle, l'image est forte, et il semble évident que c'est du côté de ce dragon qu'il nous va falloir chercher l'origine du succès et du pouvoir de sainte Marguerite.
L'histoire de Marguerite s'est déroulée à Antioche en Pisidie (région d'Asie Mineure)à l'époque des persécutions des Chrétiens par les Romains, vers la fin du IIIe ou du début du IVe siècle, mais il n'existe aucune source qui prouve son existence historique. C'était la fille d'un notable d'Antioche de Pisidie. Alors qu'elle gardait les moutons de sa nourrice, elle est repérée par le préfet romain Olibrius qui souhaite en faire son épouse. Elle refuse et revendique sa foi chrétienne. Elle est une première fois torturée par les bourreaux d'Olibrius, puis jetée en prison. Là, elle prie Dieu de lui montrer son ennemi. Un dragon apparaît, qui la dévore. Mais Marguerite ayant fait le signe de croix, cette croix s'agrandit dans le ventre du dragon, le crève et le coupe en deux. Marguerite en ressort indemne. Elle trouve alors un démon sous la forme d'un homme noir, qui dit être le frère du premier démon incarné par le dragon. Un débat s'engage entre eux, puis Marguerite le vainc à son tour en lui posant le pied sur la tête. Elle est sortie de sa prison et subit une deuxième série de tortures, notamment par le feu et par l'eau, puis est finalement décapitée, non sans avoir au passage converti plusieurs milliers d'assistants, y compris le bourreau lui-même.
Quel rôle a donc joué le dragon dans le succès de la légende et du culte de cette sainte au Moyen Âge occidental ?
Nous commencerons par un panorama chronologique des sources textuelles et iconographiques et du contexte de leur production et de leur réception entre le VIIIe et le XVIe siècle, en faisant ressortir la place prise par le dragon dans ces sources : cible d'une sainte exorciste au haut Moyen Âge (VIIIe au XIe siècle), le dragon de Marguerite incarne l'Orient redécouvert par les Croisés au XIIe siècle ; au XIIIe siècle, il change d'apparence pour se plier, soit aux règles des ecclésiastiques, soit à la foi des laïcs, avant de saigner sous le coup des maux qui accablent la société occidentale du XIVe siècle. Plus proche des individus au XVe siècle et notamment des femmes laïques, dont il devient modèle et repoussoir à la fois, il s'éteint doucement au début du XVIe siècle, non sans jeter quelques rayons flamboyants sous la plume et le pinceau des meilleurs artistes.
Nous nous pencherons ensuite plus précisément sur l'aspect chrétien du dragon dans cette légende, qui se trouve, selon les versions et selon les époques, en correspondance ou en rupture avec le discours officiel de l’Église : étroitement lié à une symbolique chrétienne, il fournit à l’Église un point d'appui solide comme figure du diable, dont il a toutes les caractéristiques ; il est aussi une image parlante de l'incarnation du Christ, que ce soit dans son enveloppe charnelle, sur terre ou lors de son séjour infernal. Mais à l'insu de l’Église, ce rôle de repoussoir se renverse lorsque la fonction protectrice dérive de la sainte qui l'affronte au dragon lui-même : certains indices montrent en effet que pour les laïcs, notamment les femmes, c'était plus le dragon que Marguerite qui avait le pouvoir de les protéger notamment des maux liés à la grossesse et à l'enfantement. Le dragon met aussi à mal les théories de certains savants ecclésiastiques sur l'immatérialité des démons, en montrant un dragon-démon qui semble bien pourvu d'un corps réel, puisqu'il avale, saigne, et meurt. L’Église laisse alors plus ou moins explicitement paraître sa méfiance envers ce dragon trop encombrant.
Nous aborderons le rôle joué par le dragon de Marguerite sur les frayeurs des hommes et des femmes du Moyen Âge. Sa présence a fait de cette histoire un miroir tendu aux hommes et aux femmes du Moyen Âge, dans lequel chacun d'eux pouvait lire ses propres peurs : au-delà d'une frayeur partagée des péchés de luxure et de gloutonnerie, frayeur de la dévoration et de la désintégration, se dessinent des frayeurs plus sexuées. Reflet pour les hommes d'une féminité inquiétante, potentiellement dominatrice et castratrice, mais aussi d'une double féminité (l'inquiétant dragon et la pure sainte), le dragon de Marguerite reflétait pour les femmes la violence masculine et l'expression des souffrances (liées en particulier aux différents flux sanguins) propres à leur sexe.
Cependant, l'histoire ou la représentation du dragon de Marguerite fournissait aussi de quoi surmonter les peurs qu'il engendrait. C'est ce qui a fait le succès de cette légende et de son iconographie pendant des siècles, dans toute l'Europe, et à travers toutes les strates de la société.



vendredi 9 juin 2017

De l'art de parler sans onomatopées, d’accommoder un turbot géant et de communiquer avec ses amis en latin


Chers lecteurs, aujourd'hui, vous aurez trois articles pour le prix d'un, mais ce n'est que du réchauffé ! En regardant les statistiques de mon blog, je suis tombée sur trois articles oubliés (deux de 2007 et un de 2009), qui avaient le point commun d'avoir été fort peu lus, alors que je les aimais bien. J'ai donc décidé de leur offrir ici une nouvelle chance !
    1. De l'art de parler sans onomatopées : http://cheminsantiques.blogspot.fr/2007/07/zip-zap-clic.html
    2. De l'art de communiquer avec ses amis en latin : http://cheminsantiques.blogspot.fr/2009/09/renvoyons-linterprete.html
Bonne lecture ou relecture !