samedi 4 février 2017

Mourir pour le latin !


Il y a mille ans, un jeune écolier (Guibert de Nogent, 1055-1124, qui raconte cette anecdote une fois adulte) fait une petite pause dans ses devoirs pour venir se blottir sur les genoux de sa mère. Celle-ci, un peu inquiète, lui demande si son précepteur l'a encore battu (oui, c'était la méthode pédagogique de cette époque-là !) Le petit, gêné et ne voulant pas avoir l'air de dénoncer son maître, lui assure que non. Mais la tendre mère soulève la chemise de son fils :
« […] elle vit mes petits bras tout noircis, et la peau de mes épaules toute soulevée et bouffie des coups de verge que j'avais reçus. À cette vue, se plaignant qu'on me traitait avec trop de cruauté dans un âge si tendre, toute troublée et hors d'elle-même, les yeux pleins de larmes : « Si c'est ainsi, je ne veux plus désormais, s'écria-t-elle, […] que, pour apprendre le latin, tu supportes un tel traitement ! » A ces paroles, la regardant avec toute la colère dont j'étais capable : « Quand il devrait, lui dis-je, m'arriver de mourir, je ne cesserais pour cela d'apprendre le latin [...] ! » »

L'histoire est racontée et citée dans le livre de Chiara Frugoni, Une journée au Moyen Âge, Les Belles Lettres, 2013 (1e éd. en italien 2004), p. 197-200 (la traduction est celle d'E. Labande, publiée aux Belles Lettres en 1981).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire