mardi 15 mai 2012

Quand Félix prend parti


Les Gaulois sont à la mode cette année, notamment à travers une excellente exposition à la Cité des Sciences et de l'Industrie, à la fois extrêmement ludique (donc accessible aux jeunes enfants) et énormément documentée (donc pleinement satisfaisante pour des adultes cultivés et curieux). L'un de ses principaux intérêts est de montrer que l'image que nous avons du Gaulois est une construction subjective dont les sources sont multiples, des écrivains romains contemporains des Gaulois dont l'intérêt politique était de valoriser leurs qualités guerrières, mais de rabaisser leur aspect civilisé, à la caricature bon enfant d'Astérix, en passant par les Gaulois symbole de la lutte française contre l'empire germanique au XIXe s., ou encore par Vercingétorix flambeau aussi bien de la Résistance que du régime de Vichy lors de la deuxième guerre mondiale.

C'est avec toutes ces idées fort intéressantes en tête que je préparais il y a quelques mois un cours pour mes élèves de 4e, voulant les faire travailler sur une longue et relativement célèbre phrase d'un général romain du IIe s. av. JC cité par Tite-Live (historien romain du Ier s. av. JC), dans laquelle il décrit l'aspect physique des guerriers gaulois. Comme je le fais souvent en ce cas, surtout que le texte comportait des mots assez rares, j'ai comparé plusieurs traductions françaises.

Or, j'ai été assez surprise de constater que les chevelures « rutilatae » des guerriers gaulois étaient parfois traduites comme « rousses », parfois comme « teintes en rouge », ce qui est loin d'être pareil. Quand aux « tripudia », tandis que les uns en font des « bonds » ou des « trépignements », d'autre en font des « danses ». Naturellement, pour vérifier tout ça, je me tourne vers le Gaffiot, le plus célèbre et le plus utilisé des dictionnaires latin-français, publié par Félix Gaffiot en 1934. Et là, j'ai été plongée dans des abîmes de perplexité!

En effet, l'adjectif « rutilatus » évoque bien l'idée de « teint en rouge » (ou en roux), d'autant plus qu'il est tout simplement le participe passé du verbe « rutilo », « teindre en rouge ou en roux », et qu'il existe un autre adjectif (« rutilus ») pour dire « roux » ; mais... le Gaffiot donne aussi le sens de « roux » (c'est-à-dire roux naturellement, et pas à la suite d'une teinture) avec une seule référence : celle précisément du texte de Tite-Live dont je vous parle!

Quant à « tripudia », le mot désigne exactement une danse comportant des bonds, et il s'est spécialisé dans la désignation d'une danse religieuse exécutée par les Saliens, une catégorie particulière de prêtres romains. Dans le cas des Gaulois., ils s'agit sans doute d'une danse guerrière ritualisée (du genre des « hakas » des guerriers (puis rugbymen) de Nouvelle Zélande!). Or là aussi, Gaffiot nous propose une seule traduction par « bonds » avec une seule référence : encore celle de notre texte de Tite-Live!

Voilà donc que le Gaffiot, que je prenais pour une autorité objective, se permet de prendre parti. Et les conséquences sur le sens du texte n'en sont pas anodines!!! Dans tous les cas, les guerriers gaulois paraissent effrayants, mais dans le cas (vers lequel voudrait nous pousser Gaffiot) de guerriers naturellement roux exécutant des bonds (voire des trépignements, comme des enfants capricieux), ce sont juste des sauvages effrayants par leur nature ; tandis que dans le cas de guerriers aux cheveux teints d'une couleur vive et exécutant une danse ritualisée, ce sont les représentants d'une civilisation, d'une culture.

Comme souvent dans ce blog, la conclusion sera qu'il faut se méfier des idées reçues, et toujours se poser des questions, enquêter et tâcher d'aller aux sources.

*

Pour finir, voici le texte en question de Tite-Live, et la traduction (adaptée de trois traductions1) qui me semble la meilleure :


Procera corpora, promissae et rutilatae comae, vasta scuta, praelongi gladii; ad hoc cantus ineuntium proelium et ululatus et tripudia, et quatientium scuta in patrium quendam modum horrendus armorum crepitus, omnia de industria composita ad terrorem.
Leur forte taille, leur chevelure flottante et teinte en rouge, leurs boucliers immenses, leurs épées démesurées, leurs chants de circonstance au moment d'engager le combat, leurs hurlements, leurs danses guerrières, le fracas horrible des armes heurtant les boucliers d'après un usage ancestral, tout est organisé à dessein pour inspirer la terreur.

Tite-Live (Ier s. av. JC), Histoire romaine, XXXVIII, 17 (2-6)
-------------------------
1 La traduction de Nisard de 1864 (donc antérieure au Gaffiot), disponible sur le site Itinera Electronica, la traduction du manuel de latin de 4e de 2011 (Marie Berthelier et Annie Collognat-Barès) et une troisième trouvée sur une photocopie dans mes archives pour laquelle je n'ai malheureusement pas de référence de traduction.



mardi 1 mai 2012

Google et l'oracle d'Apollon


       La manière dont on effectue une recherche sur un moteur de recherche peut être révélatrice de notre manière de raisonner. J'ai l'habitude – comme, je pense, beaucoup de gens formés à la vieille école des livres, des index et des tables des matières, avant l'ordinateur – de procéder par mots clés. Par exemple, pour une recherche sur les esclaves à Rome, je taperais « esclave Rome Antique ». Or j'ai remarqué que beaucoup d'élèves (et sans doute d'utilisateurs plus âgés) procèdent en posant directement une question à Google, par exemple : « Comment devient-on esclave à Rome? ». Je trouve qu'il y a dans cette attitude quelque chose de très proche de l'homme de l'Antiquité qui interrogeait un oracle!
       Alors, me direz-vous, je devrais me réjouir de ce que mes élèves procèdent comme les hommes de l'Antiquité!
       Hem! Pas tout à fait... D'abord, il est plutôt inquiétant de se positionner face à Google comme face à un dieu.
       D'autre part, tant qu'à imiter les Anciens, il serait bon que l'on tire parti de leurs erreurs aussi, et parmi celles-ci, les erreurs d'interprétation des oracles sont un motif récurrent de la littérature grecque et romaine. Je n'évoquerai que deux des plus célèbres erreurs d'interprétation de l'oracle d'Apollon : Œdipe qui n'avait pas compris de quel père et de quelle mère il s'agissait dans « Tu tueras ton père et tu épouseras ta mère », et Crésus qui n'avait pas compris de quel empire il s'agissait dans « Si tu attaques Cyrus, tu détruiras un grand empire. » (c'était son propre empire!).
       Or les élèves font exactement les mêmes erreurs d'interprétation face aux « oracles » de Google. Je me souviens d'une élève qui devait chercher un tableau du Parmesan représentant un épisode de la mythologie grecque et qui errait consciencieusement dans un site sur les fromages. Et je vous laisse imaginer où sont aller se fourvoyer ceux à qui j'ai eu la mauvaise idée de demander quel poète latin avait célébré la belle « Lesbie »!...

*

       Et pourtant, moi aussi, je l'avoue, je suis allée consulter l'oracle! En fait, je me suis rendu compte que taper une question dans un moteur de recherche n'était pas si absurde, dans la mesure où l'on tombe souvent sur des forums de discussion où la question est abordée (avec des réponses d'une qualité variable, certes!). Mais surtout, j'ai compris que cela pouvait se révéler utile pour chercher la définition d'un mot : en effet, taper le mot seul va nous conduire vers des pages qui abordent la notion, mais qui ne la définissent pas, or en tapant « qu'est-ce que... » on a plus de chance de tomber sur une définition.
       Donc, ce jour-là, je me rends au temple oraculaire et je commence à poser ma question : « Qu'est-ce qu'un... » Mais voilà que la Pythie de Google prend les devants et me propose d'emblée les quatre questions les plus posées par les consultants qui m'ont précédée.
       Et là, stupeur! Car ces quatre questions sont (où étaient du moins, le jour où j'ai consulté Google) : « Qu'est-ce qu'un mythe? », « Qu'est-ce qu'un smartphone? », « Qu'est-ce qu'un blog? », « Qu'est-ce qu'un podcast? »
       Étrange et fascinant de trouver le mythe, l'éternel mythe, mêlé aux dernières inventions technologiques du monde moderne... Et encore une fois (et ce n'est pas moi qui le dit, c'est Google!), l'Antiquité, qui a inventé tous les mythes, est plus que présente dans notre monde d'aujourd'hui!...