jeudi 6 septembre 2012

Un pinceau embarrassant.

Je suis tombée ces derniers jours sur une lettre de Cicéron, Ad familiares, IX, 2 : il y explique l'étymologie du mot « penicillus » (pinceau) : « petit pénis », par métaphore.
Caudam antiqui « penem » uocabant, ex quo est propter similitudinem « penicillus ».
Nos pères désignaient le membre viril par le nom de « penis », d'où est venu « penicillus » (pinceau), à cause de la ressemblance.
C'est donc aussi l'étymologie de « pinceau » en français et en anglais de « pencil » ou « pen », à savoir des mots employés quotidiennement.
Je trouve amusant qu'on essaie toujours, et depuis l'antiquité (c'était d'ailleurs le sujet de la lettre de Cicéron), de ne pas prononcer les mots embarrassants, qu'on emploie des métaphores (ainsi, pour l'objet qui nous occupe, de la queue au petit oiseau, sans parler de toutes celles inventées dans les langages poétiques et argotiques) et que finalement le mot que l'on chasse par la fenêtre rentre par la grande porte puisque nous le prononçons tous les jours pour un objet d'usage courant!

NB : Et la pénicilline? Même origine : son principe est extrait d'un champignon à la forme évocatrice...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire