jeudi 13 décembre 2012

Pegasus Draco

Vous vous souvenez du vieux dictionnaire de mon grand-père, de B. Dupiney de Vorepierre (1873)? J'y avais découvert ce superbe article sur le collimateur :
http://cheminsantiques.blogspot.fr/2011/11/le-collimateur-alors-que-je-feuilletais.html

Je ne m'y plonge pas souvent, mais quand je le fais, j'ai du mal à en émerger, tant je suis captivée par la beauté et l'aspect surprenant des gravures, tant celles illustrant d'étranges machines aujourd'hui disparues (je suis tombée ce matin sur un tourniquet à faire les garrots!) que celles d'histoire naturelle : c'est l'une de celles-ci qui m'a retenue et dont je voudrais vous parler.

Il s'agit d'une gravure représentant un animal extraordinaire, effrayant et magnifique à la fois, sorte d'iguane aux ailes de chauve-souris (il s'avère en fait que c'est un poisson), et dont le nom m'a tout autant stupéfiée que l'apparence : « Pegasus draco »! Le Pégase dragon! La réunion de deux des animaux légendaires les plus fascinants! Voilà un nom qui sonne (et qui sonne bien mieux en latin qu'en français, d'ailleurs, mais cela, c'est habituel)!

Je décide aussitôt de scanner cette gravure pour vous, mais auparavant, d'aller faire un petit tour sur internet, histoire de voir à quoi ressemble la bestiole en photographie couleur.

A ma grande surprise, en tapant « pegasus draco » dans « Google image », je trouve très peu de photographies, mais un certain nombre de gravures, pas celle du « Dupiney », mais visiblement contemporaines à quelques décennies près. J'en trouve même une tellement belle que je décide d'épargner à mon « Dupiney » l'épreuve un peu rude du scanner et de vous copier plutôt celle-là. Il provient d'un dictionnaire allemand, le Meyers Großes Konversations-Lexikon, Band 13 (publié à Leipzig en 1905 ou 1908), p. 533.






Références précises ici :
http://www.zeno.org/Meyers-1905/A/Meerdrache
et page originale ici :
http://www.zeno.org/Meyers-1905/K/meyers-1905-013-0533



Une recherche un peu plus poussée m'a fait comprendre que le nom scientifique officiel retenu n'était plus « Pegasus draco » (d'où la prédominance des gravures sur les photos modernes en tapant ce nom), mais « Eurypegasus draconis » (« Large pégase du dragon »). Si vous voulez tout savoir sur la bestiole, allez à cette page :
http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=405

J'ai pu constater alors que les photos sont très décevantes. Pegasus Draco (je continue entre nous à l'appeler ainsi), loin de bondir ou de jaillir dans l'élément marin comme l'auraient fait ses deux parrains, passe son temps vautré dans le sable, dont il adopte la couleur par mimétisme : tout cela fait de vilaines photos. Quelques photographes ont sauvé la mise en le photographiant de nuit avec un gros flash, mais finalement, rien n'est aussi spectaculaire que les bonnes vieilles gravures du XIXe ou du début du XXe siècles ; aussi, je vais retourner rêver dans les pages au doux parfum de papier ranci de mon vieux dictionnaire.


jeudi 29 novembre 2012

Le plan de métro de l'Empire romain

Connaissez-vous la table de Peutinger? Oui? Non? Bon, je vous résume de quoi il est question.

L'objet matériel que nous possédons date du XIIIe s., le nom de Peutinger vient de l'humaniste du XVIe s. qui l'a possédé et étudié. Mais surtout, c'est la copie d'un document antique, dont on ne peut vraiment dater un « original », vu que plusieurs versions se sont succédées avec des mises à jour partielles (ce qui fait qu'on y voit à la fois Pompéi, détruite en 79 ap. JC et Constantinople, fondée en 328 ap. JC!).

De quoi s'agit-il? Une carte de l'Empire romain... Eh non! Pas une carte! En effet, les distances, les proportions, les directions ne sont pas respectées, et c'est à dessein, car le but est d'indiquer des itinéraires pour les voyageurs. Si on avait voulu représenter tout l'Empire romain avec les bonnes proportions, il aurait fallu un document immense, impossible à plier ou à rouler, tandis que là, c'est un assemblage de douze parchemins mis bout à bout, qui devait être aisé à rouler.

Pour mieux comprendre le principe, vous pouvez penser à un outil moderne qui utilise la même méthode que la table de Peutinger : il s'agit de ces plans de lignes de bus ou de métro, que vous avez dans le véhicule lui-même, souvent au-dessus de la porte : l'itinéraire d'un terminus à l'autre y est représenté par une ligne droite, alors que le trajet réel fait des courbes, la distance entre les stations y apparaît égale, alors qu'elle peut être très variable, surtout entre le centre-ville et la banlieue. Pourtant, le voyageur comprend : il n'a pas besoin d'une vraie carte, mais d'un outil pratique qui lui permette de retrouver son itinéraire. C'est exactement le principe de la table de Peutinger.

Pour plus d'informations, voyez la page « Wikipédia » sur la table de Peutinger, qui est plutôt bien faite.

Ajout le 29 août 2013 :
Ou plutôt, pour aller plus loin et comprendre quelle était probablement la véritable fonction de la Table de Peutinger, je vous invite à consulter l'article qui y est consacré dans le blog de Philippe Cibois, La question du latin :
http://enseignement-latin.hypotheses.org/4459 

*
**

Si je vous en parle aujourd'hui, c'est pour vous signaler l'existence d'un site internet remarquable, qui a traité les informations de la table de Peutinger par informatique, pour en faire un site un peu semblable à ce qu'est le site « Vianavigo » pour les Franciliens (qui vous donne un ou plusieurs itinéraires possibles en transports en commun d'un point à un autre d'Ile-de-France, avec le temps de parcours et le nom des stations). Encore une fois, me voilà à comparer le réseau routier de l'Empire romain à un réseau de métro moderne!

Bref, voici le site : « Omnesviae » (ce qui signifie « toutes les voies »)

D'abord, prenez le temps et le plaisir d'explorer la carte que les auteurs du site ont reconstituée. Vous pouvez zoomer ou prendre de la distance, c'est le même principe que sur « Google Map » ou « Google Earth ». Posez votre souris sur le point représentant une ville, vous avez son nom latin (cela vous sera utile tout à l'heure). Cliquez sur ce point, une bulle s'ouvre qui vous indique un lien vers un autre site où vous pouvez voir le détail correspondant de la vraie table de Peutinger.

Une fois que vous avez fait ce petit tour de reconnaissance, allez-y, lancez-vous! Tous les trajets sont permis! Pour moi, mon trajet préféré est celui qui va de Mandeure (en latin Epomanduo), petite ville romaine (on peut encore y voir un théâtre assez bien conservé sous sa couche de gazon) la plus proche du Pays de Montbéliard, d'où est originaire ma famille maternelle, à Babylone, ville de l'Antiquité la plus proche de Najef, d'où est originaire ma famille paternelle. Allez, vous me suivez? « Ab Epomanduo ad Babylonia » (« De Mandeure à Babylone ») (d'ailleurs, l'accusatif et l'ablatif ne sont pas respectés, mais ça compliquerait les choses inutilement), je clique sur « Ostendere » (« Montrer »). Résultat :

Sur la colonne de gauche :

« Iter brevissimum

Ab 'Epomandvo' ad 'Babylonia'
Summa MMMVI Milia Passuum / Leuga Gallica.
Fere CCI dies. »

c'est-à-dire : « Chemin le plus court de Mandeure à Babylone. En tout 3006 milliers de pas / lieues gauloises [on ne peut pas convertir en km, car les distances indiquées sur la table de Peutinger étaient selon les régions soit en « milliers de pas » (1481m) soit en lieues gauloises (2415m)]. Environ 201 jours. »

Puis l'itinéraire précis, avec le temps de trajet entre chaque ville, les auberges, les grands centres urbains, les fleuves à traverser, les montagnes à franchir.

A droite, la carte, où l'on peut retrouver l'itinéraire pas à pas, par rapport à la géographie moderne.

Personnellement, cela me donne follement envie de prendre un sac à dos et de faire une grande randonnée en suivant ces itinéraires. Pour « Mandeure-Babylone », je ne sais pas si ce sera un jour possible, hélas... En attendant, on peut faire de petits trajets en France. Par exemple, « Lutèce-Mandeure », 18 jours...

vendredi 9 novembre 2012

Cicéron, le retour

Vous vous souvenez sans doute de l'article que j'avais écrit il y a déjà quatre ans et demi (que le temps passe!) sur Cicéron :
http://cheminsantiques.blogspot.fr/2008/02/cicron.html

J'y avais montré l'ambiguïté de la figure de ce grand homme, lâche et opportuniste par certains aspects, noble et courageux par d'autres.

Si j'y reviens aujourd'hui, c'est que je viens de rencontrer à nouveau Cicéron, complètement par hasard, en même temps, dans deux œuvres de fiction fort différentes, et que cette confrontation m'a amusée.

Je viens de finir la lecture un peu rude (surtout que je l'ai effectuée dans la langue de Shakespeare), mais passionnante d'Imperium de Robert Harris (2006). Ce roman historique est une biographie fictive de Cicéron par son affranchi et secrétaire Tiron. Les défauts de Cicéron, notamment son opportunisme, n'y sont pas cachés, mais sont traités avec un certain humour et le font selon moi ressortir d'autant plus humain. Ses qualités aussi sont là (il sait même renoncer à son opportunisme). Mais le fil conducteur du roman, c'est surtout de nous montrer le pouvoir de l'éloquence : comment, à plusieurs reprises, uniquement grâce à son éloquence, Cicéron est parvenu à des résultats (comme faire condamner un coupable notoire, mais riche et influent, ou se hisser lui-même, sans richesses ni ancêtres de renom, au sommet de l'Etat) qui n'étaient pas prévus dans le monde de la politique romaine aux rouages bien huilés par les trafics d'influences, les lobbies et les mafias.

Or en même temps que je lisais ce roman pour moi, j'ai lu (c'était beaucoup moins long heureusement!) à ma fille C'est quoi ce cirque? (2005), 4e épisode de la série « Les enfants du Nil » d'Alain Surget. J'aime bien l'écriture d'Alain Surget ; j'ai aussi lu de lui, pour mes collégiens, Un royaume pour un cheval, qui raconte le siège d'Alésia  et Le renard de Morlange, qui se passe au Moyen Age. Outre qu'il adopte un point de vue souvent original, qui nous change des énièmes romans historiques pour la jeunesse à la Evelyne Brisou-Pellen (que j'aimais bien au début, mais depuis qu'elle écrit trois ou quatre livres par an, cela devient n'importe quoi!), il a un humour qui ne déplaît pas aux lecteurs adultes, et des personnages, surtout féminins, qui détonnent : des râleuses de premier ordre, débrouillardes, efficaces et qui ne se laissent pas marcher sur les pieds!

Mais revenons à Cicéron, parce que là, Alain Surget m'a fait rire, mais rire jaune. Quelle première approche ma fille aura eu de mon grand héros romain! Les trois enfants héros de la série (et amis fidèles de Cléopâtre), venus à Rome, ont repéré un « homme au nez en bec d'aigle » qui leur a paru plus que suspect. Ils sont persuadés que celui-ci cache une arme dans les plis de sa toge, aussi quand il s'approche un peu trop de Cléopâtre, il le poussent violemment dans le bassin de l'atrium (nous sommes chez César). Du coup, Cicéron (car c'était lui!), vexé, se fâche avec César et Cléopâtre (c'était donc pour ça!!!) et en veut tellement à nos gentils petits héros qu'il les perd volontairement dans les rues mal famées de Subure (qu'est-ce qu'il est méchant!).
Mais ce qui m'a le plus fait rire, parce que cela, ça colle vraiment bien à l'image de Cicéron (l'homme qui a dit « Cedant arma togae », « Que les armes reculent devant la toge », c'est-à-dire devant le pouvoir de l'éloquence), c'est quand César interloqué explique aux enfants qu'ils ont poussé dans l'eau « Cicéron, le plus célèbre avocat de Rome » : l'un des enfants s'écrie qu'il cachait une arme sous son vêtement et Cicéron s'indigne en sortant un rouleau dégoulinant : « Pas du tout! C'est un papyrus! »

jeudi 27 septembre 2012

Les nouvelles pousses de la banane


Mon article sur la banane de Pline (décembre 2010) s'est prolongé d'un échange enrichissant (quoiqu'il enrichit surtout les mystères et les questions sans réponses, mais c'est cela qui est intéressant aussi!) avec un internaute :
http://cheminsantiques.blogspot.fr/2010/12/la-banane-de-pline.html
(cf. les commentaires)

Bonne lecture et bon appétit!


jeudi 6 septembre 2012

Un pinceau embarrassant.

Je suis tombée ces derniers jours sur une lettre de Cicéron, Ad familiares, IX, 2 : il y explique l'étymologie du mot « penicillus » (pinceau) : « petit pénis », par métaphore.
Caudam antiqui « penem » uocabant, ex quo est propter similitudinem « penicillus ».
Nos pères désignaient le membre viril par le nom de « penis », d'où est venu « penicillus » (pinceau), à cause de la ressemblance.
C'est donc aussi l'étymologie de « pinceau » en français et en anglais de « pencil » ou « pen », à savoir des mots employés quotidiennement.
Je trouve amusant qu'on essaie toujours, et depuis l'antiquité (c'était d'ailleurs le sujet de la lettre de Cicéron), de ne pas prononcer les mots embarrassants, qu'on emploie des métaphores (ainsi, pour l'objet qui nous occupe, de la queue au petit oiseau, sans parler de toutes celles inventées dans les langages poétiques et argotiques) et que finalement le mot que l'on chasse par la fenêtre rentre par la grande porte puisque nous le prononçons tous les jours pour un objet d'usage courant!

NB : Et la pénicilline? Même origine : son principe est extrait d'un champignon à la forme évocatrice...

vendredi 3 août 2012

Changez de vie, changez le monde : allez à Tarse!


L'Asie Mineure, toujours l'Asie Mineure!...
Je vous avais emmené en Commagène, à l'est, presque dans le continent, à la frontière de la Syrie et de la Mésopotamie, découvrir des statues monumentales et un fascinant écrivain grec, Lucien de Samosate :
Je vous avais emmené sur la côte ouest, en Phrygie à la découverte du roi Midas et en Lydie à la découverte du roi Crésus :
… et aussi en Lydie à l'occasion de la chute de Sardes à cause d'un casque tombé d'une falaise :

Aujourd'hui, c'est sur la côte sud que je vous emmène, en Cilicie, plus exactement dans la ville de Tarse.
C'est une ville qui n'est pas extrêmement célèbre et pourtant on en parle à l'occasion de deux situations célèbres.

En 41 av. JC, Marc Antoine, ancien bras droit de Jules César (assassiné quatre ans plus tôt), rallié bon gré mal gré à Octave contre les Républicains, fait à Tarse la rencontre de Cléopâtre, reine d'Egypte, de la famille macédonienne des Ptolémées. Et c'est un coup de foudre! Quand je parle de coup de foudre, ce n'est pas seulement que des intérêts politiques supérieurs les amenaient à collaborer et qu'en prime ils se sont plu (comme cela avait été le cas plus tôt entre cette même Cléopâtre et Jules César), mais d'après les sources antiques (Plutarque, essentiellement, ainsi que d'autres auteurs grecs et latins) il semble bien qu'il se fût agi d'un véritable coup de foudre. Pourquoi à Tarse? Antoine s'occupait alors de l'Orient de l'Empire romain (tandis qu'Octave s'occupait de l'Occident). Il avait convoqué plusieurs vassaux orientaux de Rome (dont l'Egypte de Cléopâtre) et Tarse, sur la côte sud de l'Asie Mineure, était en quelque sorte un point central de l'Orient, accessible par terre ou par mer.

Quatre-vingt ans plus tard, entre 37 et 40 ap. JC, le juif Saul quitte Tarse, sa ville natale, pour se rendre à Damas et y persécuter les Chrétiens. Sur le chemin de Damas, il a une illumination, la vision de Jésus Christ, se convertit au Christianisme et devient Paul, et même saint Paul. On a surtout retenu de cette célèbre conversion qu'elle avait eu lieu « sur le chemin de Damas », mais on oublie que ce chemin partait de Tarse.

Je trouve le lien entre ces deux histoires très frappant. D'abord, moins d'un siècle s'est écoulé entre les deux événements : il est fort probable que des habitants de Tarse ayant fréquenté Paul aient eu des grand-parents ayant fréquenté Antoine.
Mais surtout, dans les deux cas, une (ou deux) personnes ont eu une illumination qui a radicalement changé le cours de leur vie ; mais pas seulement : aussi le cours de l'histoire mondiale.
S'il n'y avait pas eu de coup de foudre entre Antoine et Cléopâtre, Antoine aurait peut-être été plus réactif face à Octave : l'empire romain aurait été plutôt oriental qu'occidental (c'est la thèse du docufiction « Rêve d'empire » diffusé sur Arte en juin 2011).
Si Paul n'avait pas été converti à la nouvelle secte conduite par Jésus, elle ne se serait peut-être pas autant répandue ; c'est en effet lui l'un des acteurs principaux de l'extension de la religion chrétienne à tout l'Empire romain.

Tous ces points communs et ces grandes histoires donnent envie d'écrire un roman historique qui se déroulerait à Tarse... A suivre...

En attendant, voici le texte de Plutarque : ce sont les chapitres 26 et 27 de la Vie d'Antoine, que vous pouvez lire ici :
Et pour la conversion de Paul, ce sont les Actes des Apôtres, chapitre 9, versets 3-19, ainsi que chapitre 22, versets 6-11. Vous pouvez lire ces passages ici :


En relisant ces deux textes, je constate d'ailleurs un autre point commun, par lequel Cléopâtre a impressionné Antoine comme Dieu a impressionné Paul : c'est une profusion de lumière...


mercredi 11 juillet 2012

La poésie latine sur YouTube


Maintenant que je suis dotée dans ma salle d'un ordinateur et d'une paire d'enceintes (pas encore d'un vidéo-projecteur, et ne parlons pas d'un Tableau Numérique Interactif, mais c'est déjà un progrès!), je peux l'utiliser pour montrer à mes élèves comment on scande vraiment la poésie latine ; je ne sais moi-même le faire qu'assez laborieusement ; or on trouve sur YouTube des exemples de « scandeurs » assez doués, par exemple ici :
« The Rhythms of Latin Poetry: Hexameter »

Or, de fil en aiguille, comme il arrive souvent quand on explore au hasard les sentiers (pas toujours très fleuris, mais parfois si) de YouTube, je suis tombée sur toutes sortes d'interprétations modernes des poèmes les plus célèbres de la littérature latine. Je ne vous embarrasserai pas d'une kyrielle de liens, surtout que chacun selon sa sensibilité peut avoir ses préférences. Pour ceux d'entre vous qui sont professeurs et que de telles expériences intéresseraient, tapez par curiosité dans YouTube, « Tityre tu patulae », « Tu ne quaesieris » (ou « Ad Leuconoen »), « Vivamus mea Lesbia », « Odi et amo », ou tout autre hit-parade de la poésie latine qui vous viendrait à l'esprit et savourez les résultats.

Je vous en ferai juste partager deux que j'ai trouvés particulièrement originaux :

« Poesía latina: Virgilio, Buc. 1 (Tytire, tu patulae) » (Montaje de Francisco Manzanero: El poeta Virgilio recita unos versos de las Bucólicas. )
Le concepteur de cette vidéo, Francisco Manzanero, a confectionné une animation en 3D à partir d'un buste de Virgile qui s'anime, bouge les lèvres et les paupières, et semble ainsi nous dire lui-même son poème le plus célèbre. J'ai trouvé cela drôle, mais les élèves n'ont pas trop aimé ; la statue vivante leur a plutôt fait peur, ils regardent sans doute trop de films d'horreur!

« Odi et amo » (Music and Video by Lee-Sean Huang based on a poem by Catullus, Featuring vocals by JC Cassis )
C'est très spécial : le très célèbre et très court poème de Catulle, « Odi et amo. Quare id faciam, fortasse requiris. Nescio, sed fieri sentio et excrucior. » (« Je hais et j'aime. Comment c'est possible, tu me le demanderas peut-être. Je ne sais, mais je le sens et j'en suis crucifié.) a été ici mis à une sauce de graphisme vidéo moderne d'inspiration manga (l'auteur est apparemment japonais, bien que son nom me semble plutôt coréen). En résumé, je dirais que ça fait mal aux yeux et mal aux oreilles. Je m'attendais à un tollé de protestation de la part de mes élèves. Or, surprise, cette vidéo a provoqué chez eux un engouement sans précédent! Ils ont aussitôt voulu le revoir une deuxième fois, malgré sa relative longueur ; à peine rentrés chez eux ils se sont jetés sur internet pour le revoir encore, et le lendemain ils savaient tous le poème par cœur avant même que je ne leur demande de le faire!

jeudi 28 juin 2012

Les modes changent, le latin demeure.


Certaines réactions des élèves sont inattendues, parfois en lien étroit avec une actualité très ponctuelle qui disparaît à nouveau très vite. Ainsi, cette année, tous les élèves connaissent le célèbre refrain du rappeur la Fouine « Veni vidi vici » (et quelques uns savent que Jules César y est aussi un petit peu pour quelque chose...).

*

Mais dans la série des mots latins qui ont pu susciter des réactions différentes au fil des années de ma déjà un peu longue carrière, celui qui a le plus changé est sans conteste le mot « iter, itineris (n.) », qui signifie le chemin, la voie.

J'ai commencé à enseigner en collège en 2001. A cette époque, cela ne faisait qu'un an qu'Orange avait racheté Itineris, aussi les élèves me disaient « Ah! Comme le téléphone! ».

Un an plus tard, en 2002 sortait Astérix et Obélix : mission Cléopâtre, dans lequel un personnage avait été baptisé Itineris, en référence évidente avec le téléphone, dans la pure tradition goscinnienne de jeux de mots avec l'actualité. En recherchant sur internet (car j'ai un peu oublié ce film), je tombe sur une réplique qui ne laisse aucun doute : « Itineris a raison de ne pas se l'SFR »!!! Sauf que, les téléphones ne s'appelant en fait déjà plus Itineris, la très jeune génération ne comprit même pas le jeu de mots. En revanche, le film eut un succès immense auprès d'eux. Si bien que dans les années qui suivirent, les élèves me disaient : « Ah! Comme dans Astérix, mission Cléopâtre! ». Mais ce film lui-même est aujourd'hui passé de mode.

Cette année, j'ai été presque surprise quand un élève m'a simplement dit « Ah! Comme un « itinéraire »! »




mercredi 20 juin 2012

Réinventer l'histoire antique : blague ou réflexion sérieuse?


« Et si... » Et si telle chose s'était passée ou ne s'était pas passée... C'est une tentation et un plaisir de réécrire l'histoire en imaginant d'autres cheminements possibles. C'est avant tout amusant. Mais parfois, cela peut aussi être instructif.

Ainsi cet article sur la première voiture possible : 
(l'article est en anglais assez clair, mais pas très facile à comprendre si l'on n'est pas très au fait des techniques de l'automobile, mais il y a des reconstitutions en 3D qui sont très parlantes)

C'est une pure imagination, mais elle est extrêmement bien documentée. L'auteur de l'article s'est astreint à n'utiliser que des technologies connues par les Grecs et à imaginer jusque dans la forme de la voiture quel aurait été son aspect le plus vraisemblable.

*

Dans un tout autre style, mais se réclamant aussi d'une réécriture de l'histoire très bien documentée, j'en profite pour citer ici l'une de mes lectures préférées de l'année écoulée. Il s'agit d'un roman de Javier Negrete, Alexandre le Grand ou les Aigles de Rome (2007, traduction française 2009). L'auteur y imagine ce qui se serait passé si Alexandre n'était pas mort en 323 av. JC et s'était trouvé confronté à l'armée romaine. Outre que c'est un roman haletant, bien écrit, drôle, je connais assez bien certains sujets du livre pour me rendre compte que à quel point c'est sérieux d'un point de vue historique ; on est un peu dans la veine d'Umberto Eco.

*

Voilà comment on peut apprendre beaucoup de choses vraies à travers des histoires fausses.


mardi 15 mai 2012

Quand Félix prend parti


Les Gaulois sont à la mode cette année, notamment à travers une excellente exposition à la Cité des Sciences et de l'Industrie, à la fois extrêmement ludique (donc accessible aux jeunes enfants) et énormément documentée (donc pleinement satisfaisante pour des adultes cultivés et curieux). L'un de ses principaux intérêts est de montrer que l'image que nous avons du Gaulois est une construction subjective dont les sources sont multiples, des écrivains romains contemporains des Gaulois dont l'intérêt politique était de valoriser leurs qualités guerrières, mais de rabaisser leur aspect civilisé, à la caricature bon enfant d'Astérix, en passant par les Gaulois symbole de la lutte française contre l'empire germanique au XIXe s., ou encore par Vercingétorix flambeau aussi bien de la Résistance que du régime de Vichy lors de la deuxième guerre mondiale.

C'est avec toutes ces idées fort intéressantes en tête que je préparais il y a quelques mois un cours pour mes élèves de 4e, voulant les faire travailler sur une longue et relativement célèbre phrase d'un général romain du IIe s. av. JC cité par Tite-Live (historien romain du Ier s. av. JC), dans laquelle il décrit l'aspect physique des guerriers gaulois. Comme je le fais souvent en ce cas, surtout que le texte comportait des mots assez rares, j'ai comparé plusieurs traductions françaises.

Or, j'ai été assez surprise de constater que les chevelures « rutilatae » des guerriers gaulois étaient parfois traduites comme « rousses », parfois comme « teintes en rouge », ce qui est loin d'être pareil. Quand aux « tripudia », tandis que les uns en font des « bonds » ou des « trépignements », d'autre en font des « danses ». Naturellement, pour vérifier tout ça, je me tourne vers le Gaffiot, le plus célèbre et le plus utilisé des dictionnaires latin-français, publié par Félix Gaffiot en 1934. Et là, j'ai été plongée dans des abîmes de perplexité!

En effet, l'adjectif « rutilatus » évoque bien l'idée de « teint en rouge » (ou en roux), d'autant plus qu'il est tout simplement le participe passé du verbe « rutilo », « teindre en rouge ou en roux », et qu'il existe un autre adjectif (« rutilus ») pour dire « roux » ; mais... le Gaffiot donne aussi le sens de « roux » (c'est-à-dire roux naturellement, et pas à la suite d'une teinture) avec une seule référence : celle précisément du texte de Tite-Live dont je vous parle!

Quant à « tripudia », le mot désigne exactement une danse comportant des bonds, et il s'est spécialisé dans la désignation d'une danse religieuse exécutée par les Saliens, une catégorie particulière de prêtres romains. Dans le cas des Gaulois., ils s'agit sans doute d'une danse guerrière ritualisée (du genre des « hakas » des guerriers (puis rugbymen) de Nouvelle Zélande!). Or là aussi, Gaffiot nous propose une seule traduction par « bonds » avec une seule référence : encore celle de notre texte de Tite-Live!

Voilà donc que le Gaffiot, que je prenais pour une autorité objective, se permet de prendre parti. Et les conséquences sur le sens du texte n'en sont pas anodines!!! Dans tous les cas, les guerriers gaulois paraissent effrayants, mais dans le cas (vers lequel voudrait nous pousser Gaffiot) de guerriers naturellement roux exécutant des bonds (voire des trépignements, comme des enfants capricieux), ce sont juste des sauvages effrayants par leur nature ; tandis que dans le cas de guerriers aux cheveux teints d'une couleur vive et exécutant une danse ritualisée, ce sont les représentants d'une civilisation, d'une culture.

Comme souvent dans ce blog, la conclusion sera qu'il faut se méfier des idées reçues, et toujours se poser des questions, enquêter et tâcher d'aller aux sources.

*

Pour finir, voici le texte en question de Tite-Live, et la traduction (adaptée de trois traductions1) qui me semble la meilleure :


Procera corpora, promissae et rutilatae comae, vasta scuta, praelongi gladii; ad hoc cantus ineuntium proelium et ululatus et tripudia, et quatientium scuta in patrium quendam modum horrendus armorum crepitus, omnia de industria composita ad terrorem.
Leur forte taille, leur chevelure flottante et teinte en rouge, leurs boucliers immenses, leurs épées démesurées, leurs chants de circonstance au moment d'engager le combat, leurs hurlements, leurs danses guerrières, le fracas horrible des armes heurtant les boucliers d'après un usage ancestral, tout est organisé à dessein pour inspirer la terreur.

Tite-Live (Ier s. av. JC), Histoire romaine, XXXVIII, 17 (2-6)
-------------------------
1 La traduction de Nisard de 1864 (donc antérieure au Gaffiot), disponible sur le site Itinera Electronica, la traduction du manuel de latin de 4e de 2011 (Marie Berthelier et Annie Collognat-Barès) et une troisième trouvée sur une photocopie dans mes archives pour laquelle je n'ai malheureusement pas de référence de traduction.



mardi 1 mai 2012

Google et l'oracle d'Apollon


       La manière dont on effectue une recherche sur un moteur de recherche peut être révélatrice de notre manière de raisonner. J'ai l'habitude – comme, je pense, beaucoup de gens formés à la vieille école des livres, des index et des tables des matières, avant l'ordinateur – de procéder par mots clés. Par exemple, pour une recherche sur les esclaves à Rome, je taperais « esclave Rome Antique ». Or j'ai remarqué que beaucoup d'élèves (et sans doute d'utilisateurs plus âgés) procèdent en posant directement une question à Google, par exemple : « Comment devient-on esclave à Rome? ». Je trouve qu'il y a dans cette attitude quelque chose de très proche de l'homme de l'Antiquité qui interrogeait un oracle!
       Alors, me direz-vous, je devrais me réjouir de ce que mes élèves procèdent comme les hommes de l'Antiquité!
       Hem! Pas tout à fait... D'abord, il est plutôt inquiétant de se positionner face à Google comme face à un dieu.
       D'autre part, tant qu'à imiter les Anciens, il serait bon que l'on tire parti de leurs erreurs aussi, et parmi celles-ci, les erreurs d'interprétation des oracles sont un motif récurrent de la littérature grecque et romaine. Je n'évoquerai que deux des plus célèbres erreurs d'interprétation de l'oracle d'Apollon : Œdipe qui n'avait pas compris de quel père et de quelle mère il s'agissait dans « Tu tueras ton père et tu épouseras ta mère », et Crésus qui n'avait pas compris de quel empire il s'agissait dans « Si tu attaques Cyrus, tu détruiras un grand empire. » (c'était son propre empire!).
       Or les élèves font exactement les mêmes erreurs d'interprétation face aux « oracles » de Google. Je me souviens d'une élève qui devait chercher un tableau du Parmesan représentant un épisode de la mythologie grecque et qui errait consciencieusement dans un site sur les fromages. Et je vous laisse imaginer où sont aller se fourvoyer ceux à qui j'ai eu la mauvaise idée de demander quel poète latin avait célébré la belle « Lesbie »!...

*

       Et pourtant, moi aussi, je l'avoue, je suis allée consulter l'oracle! En fait, je me suis rendu compte que taper une question dans un moteur de recherche n'était pas si absurde, dans la mesure où l'on tombe souvent sur des forums de discussion où la question est abordée (avec des réponses d'une qualité variable, certes!). Mais surtout, j'ai compris que cela pouvait se révéler utile pour chercher la définition d'un mot : en effet, taper le mot seul va nous conduire vers des pages qui abordent la notion, mais qui ne la définissent pas, or en tapant « qu'est-ce que... » on a plus de chance de tomber sur une définition.
       Donc, ce jour-là, je me rends au temple oraculaire et je commence à poser ma question : « Qu'est-ce qu'un... » Mais voilà que la Pythie de Google prend les devants et me propose d'emblée les quatre questions les plus posées par les consultants qui m'ont précédée.
       Et là, stupeur! Car ces quatre questions sont (où étaient du moins, le jour où j'ai consulté Google) : « Qu'est-ce qu'un mythe? », « Qu'est-ce qu'un smartphone? », « Qu'est-ce qu'un blog? », « Qu'est-ce qu'un podcast? »
       Étrange et fascinant de trouver le mythe, l'éternel mythe, mêlé aux dernières inventions technologiques du monde moderne... Et encore une fois (et ce n'est pas moi qui le dit, c'est Google!), l'Antiquité, qui a inventé tous les mythes, est plus que présente dans notre monde d'aujourd'hui!...

samedi 28 avril 2012

Ralentissement du blog

Chers lecteurs, vous aurez remarqué un certain ralentissement des publications de ce blog, pour lequel je m'étais pourtant imposé un rythme de deux articles par mois, un par mois au pire. Ce n'est pas faute d'avoir des idées (j'ai plusieurs brouillons d'articles en attente), mais faute de temps pour les rédiger. En effet, j'ai cette année repris des études, commençant une licence d'histoire à distance, et chaque minute de temps libre est comptée! Je vais toutefois tâcher de reprendre le fil avec un peu plus de régularité...

mardi 14 février 2012

Monstrueuse monnaie

Un petit peu d'étymologie aujourd'hui, pour rappeler que le monstre et la monnaie ont la même origine en français. Tous deux viennent en effet du verbe latin "moneo" qui signifie "avertir".

Le "monstre", c'est un avertissement des dieux. Pour les Romains, tout phénomène surnaturel était interprété ainsi, que ce soit un phénomène atmosphérique (éclipse ou encore pluie "de sang" (en réalité vraisemblablement chargée de sable rouge du Sahara)) ou la naissance d'un être vivant considéré comme anormal (nain, géant, frères siamois, personnes dotées de six doigts, et autres moutons à cinq pattes) : le sens de "monstre" va ensuite se restreindre à ce type d'êtres, pour dévier ensuite vers l'idée de créature effrayante, voire méchante. On revient beaucoup là-dessus, d'ailleurs, et les "gentils monstres" fleurissent dans la littérature et le cinéma enfantins de ces dernières années. Mais pour les Romains, le monstre n'était ni bon ni méchant, juste un signe des dieux.

Certains dieux étaient plus doués que les autres pour envoyer des messages (ou peut-être plus désireux d'aider les hommes) : je passe sur Apollon, prolifique en oracles, mais qui ont tous été compris de travers par les hommes! Il y a aussi Junon, que les Romains surnommaient précisément "Moneta", "l'avertisseuse". C'est sous cet épithète qu'ils lui ont consacré un temple à Rome. Or, c'est dans ce temple qu'on a pour la première fois battu monnaie. La monnaie fut donc appelée "moneta", d'où notre "monnaie" et le "money" des Anglais.

Le rapprochement des deux termes n'est pas sans susciter de riches réflexions...

mardi 24 janvier 2012

... ou sa renaissance!

Cet article fait suite au précédent.
J'avais en effet parlé des noms scientifiques en latin dans les domaines de la botanique et de la zoologie. Or il semble qu'il y ait encore du nouveau dans ce dernier domaine, tout particulièrement en ce qui concerne les poissons.
Je suis tombée sur un article dans L'Ardennais :
http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/nom-scientifique-des-poissons-sur-les-etiquettes-le-poissonnier-en-perd-son-lat
On nous y explique que la Commission Européenne réfléchit sérieusement à faire procéder à l'étiquetage des poissons avec le nom scientifique latin, afin qu'il n'y ait pas de méprises lors des exportations et importations internationales.

Le choc entre cette dernière nouvelle et celle que j'exposais dans l'article précédent est surprenant : au même moment, le latin scientifique perd du terrain dans un domaine et en regagne dans un autre!

mardi 10 janvier 2012

La fin du latin scientifique?

Vous savez que tous les végétaux portent un nom scientifique international exprimé en latin ou avec des termes latinisés.

J'ai d'abord cru à un changement capital en lisant un article qui expliquait que depuis le 1er janvier 2012, il ne serait plus obligatoire d'utiliser le latin pour les nouveaux noms de plantes :
http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2012/01/04/plantes-ne-parleront-plus-latin

Mais en essayant de remonter à la source, par exemple sur ce site :
http://knowledge.cta.int/fr/content/view/full/14529
ou encore dans le texte officiel (congrès de Melbourne de juillet 2011) :
http://www.ibc2011.com/downloads/Resolutions%20final%2030%20Jul.pdf (résolution 5),
et en consultant quelques forums, j'ai compris que ce n'est pas du nom qu'il s'agit, mais de la courte description officielle qui accompagne ce nom.

Donc, première bonne nouvelle : le latin (ou du moins une forme latine) est bien toujours d'actualité.
Quant au fait que la description ne soit plus nécessairement en latin, c'est peut-être une nouvelle décevante pour le latin, mais je dois avouer que pour moi, la nouvelle sidérante a plutôt été d'apprendre que jusqu'au 31 décembre 2011, il était encore obligatoire de rédiger cette présentation en latin!!! Le latin était donc bien encore, il y a moins de deux semaines, une langue internationale officielle!

Du coup, je me suis posé la question pour la zoologie... Difficile de trouver, car ce ne sont pas du tout les mêmes instances et rien n'est organisé pareil. Apparemment, pour la zoologie, il n'y a rien de plus récent que le code de nomenclature de 1999, que l'on peut trouver en français en format pdf.
En ce qui concerne les noms, il n'y a pas d'obligation de forme latine, il suffit que le nom soit une suite de mots facilement prononçable. Toutefois, une forme latine ou grecque est recommandée, et des dizaines et des dizaines de pages sont consacrées à des précisions sur les terminaisons du nom, précisions qui sont tout bonnement des règles de grammaire latine!
Quant à la description, il n'en est pas fait mention dans les 150 pages de ce code international de nomenclature zoologique. Sans doute n'était-il plus obligatoire depuis longtemps de la rédiger en latin...

Quoi qu'il en soit, il semble bien que, pour la botanique comme pour la zoologie, le latin ait encore de beaux jours devant lui!

Toujours la musique grecque

Pour compléter mon message précédent, voici un nouveau lien:
http://www.francetv.fr/culturebox/ensemble-kerylos-la-musique-a-remonter-le-temps-72709

très intéressant, surtout le petit film en bas de la page (un reportage du 20h de France 2), où l'on peut, en un peu plus de deux minutes seulement, entendre le témoignage du papyrologue qui a trouvé le manuscrit dans le grenier du Louvre, découvrir comment on passe d'un manuscrit obscur à une partition moderne, faire connaissance avec la fameuse Anne Bélis, qui est décidément une grande dame, et écouter un peu de musique grecque avec des instruments d'époque reconstitués!...