lundi 19 juillet 2010

Le dromadaire psychopompe

Je vous avais informé récemment de la réouverture le 7 juillet des salles de sculpture grecque au Louvre (cf. http://cheminsantiques.blogspot.com/2010/06/dans-les-secrets-de-la-venus-de-milo.html). Naturellement, je n'ai pas tardé à me rendre sur place. J'ai été ravie de revoir mes préférés, parmi lesquels les trois de Praxitèle (ou attribués à, ou copiés de, ces subtilités m'importent moins que la jouissance de la contemplation), Apollon sauroctone (= tueur de saurien, en l'occurrence un lézard), Aphrodite à la pomme et Artémis raccrochant sa tunique : des dieux adolescents, raffinés, gracieux, taillés dans un marbre à paillettes presque translucide. Même la Vénus de Milo m'a semblé moins cruche que d'habitude - est-ce l'éclairage différent (elle est désormais en éclairage naturel, près d'une fenêtre)? est-ce d'avoir lu les propos qui lui ont été attribués (dans le fameux blog)? - et j'ai trouvé son sourire aguicheur d'une beauté troublante...

Mais surtout, j'ai découvert un bas-relief que je ne me souvenais pas avoir jamais vu. Cela fait en effet bientôt quinze ans que je me passionne pour les chameaux, et à peu près autant (et même plus) que je sillonne les salles du Louvre. Il s'agit d'un bas-relief représentant un dromadaire chevauché par une jeune fille aux ailes de papillon :



La légende ne fait qu'épaissir le mystère :
« Relief votif (?) :
Psyché sur un dromadaire
IIe s. av. JC
Alexandrie de Troade (Turquie)
Marbre
La fonction comme l'interprétation de ce relief ne sont pas certaines. Psyché aux ailes de papillon montée sur un dromadaire pourrait symboliser le voyage de l'âme vers le monde des Bienheureux. »

En grec, l'âme se dit « psyché » ; elle est souvent personnifiée sous la forme d'une jeune fille, surtout dans le très beau récit d'Apulée racontant l'histoire d'Eros (l'Amour) et Psyché, mais ce récit est postérieur de quatre siècles à notre bas-relief, et il n'y est par ailleurs jamais question d'un voyage en chameau (le narrateur y est un âne, mais c'est une autre histoire!).

Dans la mythologie grecque, l'épithète « psychopompe » (= « conducteur d'âmes ») était souvent attribuée au dieu Hermès, quand il a pour fonction de conduire les âmes de ceux qui viennent de mourir vers le monde des morts.

Dans l'article de Wikipédia consacré au mot « psychopompe », je lis que les divinités psychopompes « sont souvent associés avec des animaux tels que les chevaux, les phoques, les corbeaux, les chiens, les chouettes, les moineaux ou encore les dauphins. »

Eh bien il va falloir y ajouter le chameau! Je pense en effet qu'il n'y a pas de plus belle monture pour parvenir au monde des Bienheureux, au rythme lent et tranquille de son pas sûr et chaloupé.

1 commentaire:

  1. Cet article a été le point de départ d'une série de trois articles beaucoup plus longs et fournis publiés dans le numéro d'août 2015 du magazine Mythologie(s), sous le titre "Le grand voyage des âmes : le mystère du chameau psychopompe".

    Cf. http://cheminsantiques.blogspot.fr/2016/01/actualite-personnelle-articles-et.html

    RépondreSupprimer